Fondation de l’Empire Chinois

Vers 500 av JC au tournant vers les royaumes combattants. C’est l’époque à laquelle vit Confucius, période d’expansion économique et politique de la Chine, la dynastie des Zhou devient purement nominale, spirituelle, les chefs régionaux gouvernent. Guerres, et début d’unifications culturelles. Au III° siècle un chef régional arrive à fédérer les régions.

Tombe du marquis Yi (autour 430 av JC) au Nord du Hubei, fait le passage entre les formes anciennes des Shan et début des Zhou. Représente sorte de maisons souterraines avec différentes pièces dans lesquelles sont rangés tous les récipients en métal dont le défunt pourrait avoir besoin. Autre caractéristique : motif particulier sur sarcophage. Corps déposé dans plus ou moins grand nombre de cercueil selon hiérarchie sociale. Ici 5×2.50m bois laqué. Motif d’hybrides : personnages qui renvoient à une créature en transformation qui va dans le sens de la vie : mort, pas une fin, mais une transformation. Uangzi : philosophe confucéen qui développe cette idée. Fenêtre sur le tombeau : défunt va vivre longtemps dans tombe et communiquer avec ancêtres ou descendants, à l’aide de son instrument de musique. Extrême richesse, bol à soupe en or. Juste à côté du cercueil son chien. Toujours métallurgie combinée avec cire perdue. Serpents très important. A Xiasi Henan, table d’autel d’autour 1m en dentelle de bronze avec dragons bondissants. Moment de créativité extraordinaire.

Evolution du bronze à l’époque des royaumes combattants. Comme vase à conserver de l’alcool en forme de buffle, avec motif grouillants. Puis développement : entrelacs créés avec incrustations de cuivre, or, argent, pierres semis précieuses, pâtes de verre etc… Tout concours à faire dessins de plus en plus plats.

Autour du III° siècle  de notre ère, apparition de véritables narrations, ce ne sont plus seulement des motifs qui renvoient à des notions générales, mais représentent des scènes, comme ici des personnages armés de grandes hallebardes, et combat sur l’eau aussi. On en sait pas si ça renvoie à des mythes ou réelles batailles.

Protecteurs de tombe : zhenmushou. Reste dans l’univers chinois. Apparition a l’époque des royaumes combattants (vers 6° s. Av JC). Protègent le défunt de personnes qui pourraient l’attaquer dans sa tombe. Conception du monde change donc mais on ne connait pas la cause exacte. Personnage animal avec grosse tête et grande langue pendante. Pièce en bois laqué, travail sur la durée de ces objets. Daim (comme tous les cervidés) protège la tombe grâce aux bois qu’ils ont et qui durent très longtemps. Ce sont des bois véritables sur les protecteurs de tombe, ils ont deux ou trois mille ans de plus que les objets eux-mêmes.

Les laques : Mawangdui au Hunan. Dans tombes datées vers 160 av JC. Donc laque : résine issu d’arbres. Connue dès la fin du néolithique : parois de la tombe de Fu Hao étaient laquées. Mais à l’époque des printemps et automnes : objets en laque comme ici plateau avec plats pour un repas tout en laque. Résine durci et atmosphère chaude et légère, elle peut se superposées sur autres matériaux organiques. Très léger. Il faut 15 ou 16 couches pour faire un objet solide. Matériau de luxe. Art de vivre qui se développe d’un bout à l’autre de la Chine. Armure du marquis Yi en pièces de cuire laqué. Accoudoir de Wangshan (50cm) (Hubei), site du pays de Shu. Technique du laque extraordinaire, production de différentes couleurs autres que le noir et le rouge : nuances de jaune, vert, turquoise etc… Exemple extraordinaire de l’iconographie des oiseaux tiennent dans leur bec des serpents, qui sont eux même en train d’avaler des batraciens : représentation de la chaîne vivante. Représentation de griffons, et de cervidés.

Epoque des royaumes combattants, débuts III° s. av JC : apparition des peintures dans les tombes : ici sur support de soie (50cm), situé au Hunan. Peinture sur soie : vecteur principal de l’expression en deux dimensions. Ici personnage féminin conduit par un phœnix (associé à la femme).

 

La création de l’Empire : état mieux organisé que les autres celui des Qin conquis toutes les autres principautés. Ils gouvernent par la loi. Unité de coresponsabilité dans les villages et le tout surveillé par des militaires et les contrevenants sont punis par des lois très sévères. De plus l’autre pilier est l’agriculture. Et stratégie inventive sur la tactique et maintient d’une métallurgie ancienne : bronze. Dès 4°S Av JC politique de conquête. En 221, il a fini la conquête et se crée titre de premier Empereur Qin Shi Huangdi. Mais régime très dur renversé par les chinois. Fondation de la dynastie des Han en 206 av JC. Donnent le nom aux chinois. Cette dynastie dure jusqu’en 220 de notre ère. Fondation de l’unité impériale.

Première réalisation : la grande muraille (celle qu’on connait date de l’époque des Min). Première plus au Nord et a l’est ; grandes levées de terre censées arrêter les coups de boutoir des peuples à côté (Xiangnu). Levées de terres reliées entre elles par premier empereur. Mais aussi plusieurs routes réalisées pour relier entre elles principautés, assez larges pour laisser passer deux chars. Tout est standardisé : chars, poids, mesures, écritures… Stèles avec textes de lois élevées dans chaque région. Donc effort de standardisation. Régions ont intérêt à se fédérer, pour résoudre les problèmes, comme ceux des fleuves qui se déportent.

soldats terre cuiteHan ont tout cassé dans la capitale des Qin. Plus grande réalisation : tombeau du premier empereur. Et d’abord fosses trouvées en 1974. Armée dans ces fosses, avec personnages et chevaux réalisés en terre cuite.  Construction commencée des que le premier empereur prend ce titre. Il y  a chaque fois deux ou trois modèles de tête, torse, jambes etc… Ils sont tous à taille réelle entre 1m65 à 1m80. Impression qu’ils sont tous différenciés. Trous dans le corps du cheval, d’environ 10 cm de diamètre, pour permettre à la pièce de bouger à la cuisson, ils sont réalisés en moules bi valves.

 

 

char fonctionnaireSima Qian : réalise une histoire de la Chine depuis les origines. Comprend généalogies, description de régions, biographies, mais aussi traités thématiques, sur histoire, musique, commerce etc… Il se base sur des sources écrites, archéologiques, mais aussi avec des témoignages des anciens etc… Il décrit comment a été faite la tombe du premier empereur, mais personne ne lui parle de l’armée enterrée. En 1981, découvert char de bronze incrustés d’or et d’argent.  Pendant longtemps on a cru que c’était ceux de l’empereur. A moitié de taille réelle 3×1.50m. Chars des fonctionnaires de l’empereur attelé au timon du peuple. Ces chars étaient équipés sur les roues de comptes tours ce qui permet de calculer les distances parcourues.

 

Les Han se basent sur la pensée confucéenne pour gouverner. Toujours art connu pour ses tombes. Parois tapissées de décor en bas relief. Les tombes deviennent demawangdui véritables maisons. A Mawangdui : tombe de gouverneur fermée vers 165 av JC (Han occidentaux) avec celle de sa femme et de son fils. Faites à madrier avec compartiments ; A l’intérieur, grande richesse. Bannière de Mawangdui, pièce déposée sur le cercueil de la femme du marquis de Tay ( ?),  pièce à la foi relativement archaïque avec ce qu’était la conception du parcours de l’âme qui date de la fin des royaumes combattants au début de l’empire, mais troisième peinture funéraire retrouvée ? Pièce de soie teintée en vermillon. Procédé narratif : essentiel : dessin à l’encre avec a l’intérieur, couleurs apposées en aplat. Tout est composé comme un texte, chaque élément dit quelque chose. Jeu entre le blanc et le noir. Au plus bas : royaume de l’eau avec poissons. Au dessus personnage qui porte plateau sur lequel est représenté une scène rituelle, surement scène de funérailles. Au dessus deux sirènes qui tiennent disque bi et eu milieu se croisent un dragon rouge Yang (Homme) et un dragon blanc Yin (Femme). Encore au dessus : chauve souris, Nom homonyme de bonheur considéré comme soutenant le ciel. Puis au dessus, défunte qui s’élève, puis soleil dans lequel il y a un oiseau noir : et la lune dans laquelle il ya plusieurs créatures : crapaud et lièvre. C’est tout l’univers du monde antique. Défunte était enveloppée dans 13 robes, dont la supérieur ressemble a celle représentée sur la bannière.

Premiers textes sur soie.

Empereur Han admettent que chaque personne doit avoir une tombe qui correspond à sa fonction dans la vie. Mais tout de même réduit par rapport aux Qin. Car les confucéens sont contre les excès de ce genre. Il y a toujours dans les tombes des accompagnants : environ 70 cm max pour les empereurs et 35 cm pour des personnes ordinaires. Il y avait aussi les troupeaux de l’empereur qui étaient représentés.

Vers 110 av JC, tombe de princesse pas loin de pékin, taillée dans le rocher avec des vases d’environ 30 cm. Au fond sorte de salle de bain.

cheval han wudiCheval doré de l’empereur Han Wudi,  mesure 70 cm au garrot, en bronze doré. C’est un cheval beaucoup plus haut et fin par rapport à ceux des premiers empereurs. Obsession des Han : acheter chevaux rapides chez les ennemis pour les battre.

Cheval volant de Wuwei, un de ses pieds repose sur hirondelle, pour montrer vitesse.

 

Monde des Han postérieurs, tombe dans crise économique. Création des armures pour défunt en jade,  elles entourent complètement le corps et selon le statut du défunt : liens en or, en argent ou en bronze. Il en existe une quarantaine à l’heure actuelle. Objets rituels qui se rattachent à l’enterrement sous le jade. Ils voulaient protéger le corps le temps que le défunt gagne les ancêtres. Il y a aussi miroirs à boutons, avec autour motif géométrique, le plus courant est celui qui représente la carte du ciel.

A partir des environs de notre ère, suite à des changements dans la fabrication des tombes, plus simplement, construites en matériaux ordinaire : briques cuites. Les personnes qui en ont les moyens font passer un enduit dessus afin de les faire peindre. Dessin très simple sans élément de fond et amas de couleurs à l’intérieur des lignes.

Cette riche civilisation chinoise peut être découverte directement sur place lors d’un voyage en Chine. Pour ce voyage n’oubliez pas qu’il faut faire des formalités pour obtenir un visa à l’ambassade de Chine. 

This entry was posted in Chine. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>